Sollicitation, piège à con

Ëtes-vous écolo-freek ? Geek refoulé ? Techno-friendly ? Androgyne sexy ?  Metrosexuel à l’arrêt ? Ou en grève de sexe ?

 

Etes vous CSP++ ? Classe intermédiaire ? Pauvre ? Assujetti à l’ISF ? Ou au trottoir ?

 

Avez-vous cinq maîtres de stages et Bac +15 ? Avez-vous intégré les Mines dans le top 5 après Polytechnique ? Depuis combien de temps n’avez-vous pas récolté votre dose d’amiante en allant en cours ? Avez-vous le brevet ? Savez-vous écrire ?
Voulez-vous faire sauter cet avion ? Avez-vous déjà projeté de tuer le président des Etats-Unis d’Amérique ? Souhaitez-vous connaitre notre offre de montres disponibles à bord de ce vol ? Aimeriez-vous profiter d’un déclassement et voyager en soute ?

 

Pouvez-vous me dire ce qu’est être français pour vous ? Avez-vous un avis sur la disparition des tortues lilliputiennes en bordure du lac Goulbak ? Souhaitez-vous signer mon manifeste pour un monde plus doux ? Plus roux ? Plus fou ?

 

Connaissez-vous votre taille ? Votre tour de poitrine ? Voulez-vous gouter mon échantillon ? Ecouter mon groupe ? Participer à notre programme éducatif pour la Bielopapouasie orientale et notre voyage de 5 semaines qui s’ensuivra ? Épouser mon fils ? Regarder mon émission ? Liker ma page facebook ? Adhérer à la mailing list de mon blog ?

 

Savez-vous à combien vous rouliez ? Connaissez-vous vos droits ? Souhaitez-vous appeler un avocat ?

 

Puis-je vous donner un Free Hug ?

 

On s’est sans doute rencontré quelquepart, votre tête me dit quelquechose, non ?

 

 

NON

 

Je me moque de vos vies, de vos catégories, de votre frénésie existentielle à me classer, m’appréhender et me déposer quelque part dans une case obscure de votre cerveau abscons.

Je n’aspire qu’à croupir dans mon univers mental étriqué, sans métrosexuel geek de classe moyenne dépourvu de toute velléité de participer à une action terroriste ou d’adhérer au blog du testeur de produits bio-équitable-social-révolutionnaire écolo-freek Bac +8.

Je ne vous demande pas d’adhérer à mes pensées, ni de pénétrer dans les sons, images et rêves qui peuplent mes sens. Alors, s’il vous plait, en attendant que les publicitaires du futur trouvent une manière de saupoudrer mes nuits d’une débectable avalanche de stimuli, considérez moi comme un gigantesque refus.

 

Honteusement votre,

 

Archibald de la Miche